De l’existentialisme et du doute

Pourquoi doutons-nous ?

« Le doute est une interrogation. Il peut être le pressentiment, l’impression d’une réalité différente. Il s’oppose à la certitude, notion de ce qui est sûr et qui n’est pas discutable », selon Wikipédia.

En ce moment, je doute sur pleins de choses. J’ai des réflexions profondes et existentielles, telles que :

« Pourquoi vivons nous si nous mourrons à la fin ? »  

« Pourquoi être heureux quand tout le monde autour semble aller mal ? »

« Pourquoi faire un choix quand on est d’accord avec le contraire même de ce choix? »

« Pourquoi faire des choix quand on sait que rien n’est figé ? »

Puis j’ai lu cet article, qui parle d’un bouquin. Ce livre parle lui même des « Cinq Choses qu’on ne peut pas changer dans la vie», selon  David Richo, psychothérapeute et auteur du livre. « Chacun, tôt ou tard, affronte cinq réalités terrestres : l’imprévu, le manque d’amour (ou la déloyauté), la souffrance, l’injustice, l’impermanence (ou la finitude). »

Je crois avoir été confronté aux quatre premières réalités, et je suis en plein dans la dernière.

Je doute parce que je change. Je passe par une phase de remise en question profonde, un véritable face à face avec moi même, tout les jours. C’est épuisant à la longue, de douter. On ne sait plus vraiment qui l’on est. Plus de définitions, plus de cadres, plus de limites. Freelance vous m’avez dit ?

Il y a quelque temps, j’ai menti (par omission), et j’ai récemment eu les retombées. La personne avec qui j’ai eu un différent est intelligente, j’ai donc pu discuter. Et cette personne m’as dis « On ne t’en voudra jamais d’être sincère ».

Si la vérité semble être de prime abord le sujet de cette discussion, (et fera l’objet d’un prochain article), elle m’as permise de me questionner (encore une fois). Je n’ai pas dit la vérité, mais je n’ai pas menti pour autant. Je n’ai juste rien dit, en attendant le moment propice. Pourquoi ai-je attendu ? Parce que j’ai eu peur. Et la peur fais douter. Quand nous sommes dans la peur, rien n’est certain, rien n’est rassurant. Il n’y a plus de confiance. En soi, en la vie, en l’autre.

Mais aujourd’hui même, j’ai fais un choix. Le choix de ne plus me laisser entraîner par mes doutes trop profonds. Grâce à cette petite histoire, mais aussi parce que je me suis souvenue de ça :

« Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui nous dispensent de réfléchir. » Henri Poincaré.

Certaines des questions que l’on se pose auront des réponses fermes et peut être même définitives. Mais parfois, dans certaines circonstances,  quelque unes de ces questions resteront sans réponse, et la encore, il convient de l’accepter.

Le doute et l’existentialisme sont des périodes normales, encore plus dans un monde ou tout change si rapidement. Surtout chez la jeunesse, ou encore dans des périodes de changement cruciaux et/ou douloureux. Je pense qu’il faut l’accepter. Si nous doutons, c’est que nous cherchons des réponses, nous cherchons des repères, quelque chose à quoi nous accrocher. Je pense néanmoins qu’il ne faut pas se laisser tomber dans la spirale abyssale du doute. Et si doutes il y a, savoir douter des bonnes choses.

Je souffre trop, que faire ?

  • Arrêter de se poser la question « Pourquoi ? », mais plutôt « Comment ? ». « Pourquoi je doute sans cesse, j’aimerais que ça s’arrête » devient « Comment faire pour changer cela ? »
  • Se focaliser sur des choses concrètes. Se fixer des objectifs personnels et professionnels et agir !
  • Aussi accepter que parfois, la vie, c’est comme ça..

Le doute est aussi une forme d’obstacle, et met notre volonté à l’épreuve. Ca peut aussi être une occasion formidable de se remettre en question et trouver en soi les ressources de continuer d’avancer. C’est en général dans les moments de doutes que l’on (re)trouves qui l’on est vraiment..

Je ne terminerais pas cet article sans citer encore une fois Fabrice Midal :

« Être soi ce n’est pas s’étudier, c’est s’oublier. »

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s