Journal de bord #7 On avance, doucement mais sûrement

Avec la rentrée, j’ai pas vraiment eu le temps de poster ici. Mais me voilà aujourd’hui pour un petit compte rendu de comment ça s’est passé.

J’ai été quand même contente de reprendre. Retrouver les potes, faire quelque chose de mes journées, ça m’occupe un minimum l’esprit.

J’ai retrouvé quelques petites envies, comme sortir un peu, ou faire des photos. J’aime mes cours aussi, moi qui avais peur de comment ça allait se passer, au final, j’ai aucun problème de concentration, de mémoire, d’attention. J’aime comprendre et apprendre mes cours, et c’est déjà ça.

Par contre, depuis la rentrée, c’est un peu le retour des mêmes symptômes que j’ai eu au début du mois de juin : langue pâteuse, sensation de faiblesses dans les jambes, les bras, sommeil coupé (je me réveille plusieurs fois par nuit, souvent sur le matin), moins d’appétit..

J’ai trouvé que ça allais mieux cette semaine, mais bon, je me sens quand même très fatiguée.

Récemment j’ai aussi des impressions bizarres, comme si je ne « percevais pas le réel normalement ». Et je me suis renseignée un peu, les seules choses qui peuvent coller avec ça sont soit la dépersonnalisation et/ou déréalisation, soit c’est parce que je suis tout le temps en train de m’auto analyser, donc je suis comme déconnectée.. Dans les deux cas, c’est une forme d’anxiété.

Je me suis aussi rendue compte que j’ai jamais vraiment digérer la rupture avec mon ex, et que je suis aller beaucoup trop vite vis à vis des hommes à la suite de ça. Et je pense que c’est ce qui m’as perdue. Parce qu’il ne s’est rien passé d’autre dans ma vie a part cette rupture et les rencontres masculines que j’ai pu faire.

Je pense donc que la mononucléose à fait émerger un état déjà là depuis la rupture, et cette rupture elle même à également fait émerger un caractère anxieux déjà la aussi.

J’ai rendez-vous le 6 octobre au centre bipolaire. J’ai des doutes sur une éventuelle bipolarité.. mais il est vrai qu’il y a eu des moments dans ma vie que je qualifierais de « what the fuck ». Des moments ou quand je me retourne dessus, je me dis « mais bordel qu’est ce qui m’est passé par la tête? ». Des moments ou je me reconnais pas, du style quand j’ai eu un appartement à 16 ans avec un gars qui me correspondait pas du tout, ou alors quand j’ai quitté la fac sur un coup de tête, ou encore cette rupture. C’est à cause de ces moments qu’une bipolarité est quand même suspectée.

Enfin bref.. j’attend beaucoup de ce rendez vous, car même si je suis pas bipo, j’ai beaucoup d’espoir en les experts qui sont la bas, peut être pourront-ils m’éclairer sur ce que je suis, sur comment je dois être suivie, etc.

Un truc est certain, c’est que je suis une anxieuse de base. Et le stress colle bien avec mes symptômes (bouche sèche, libido en berne, sommeil coupé, pensées qui filent à 100 à l’heure etc). Mais bon, curieusement, je le ressens pas toujours, pas en continu..

C’est « marrant » quand même cette histoire, parce que je sais (plus ou moins) d’où ça viens, je sais ce que je veux être, mais je sais pas comment faire..

« Tout ce que je veux, c’est retrouver la rage de vivre, ma libido, et un jour tomber amoureuse.. » ai je écris dans mon journal.

J’ai rendez-vous chez une hypnotiseuse aussi, fin septembre. Elle pratique l’hypnose intuitive. Je n’en ai pas beaucoup entendu parler, moi j’ai plutôt entendu parler de l’hypnose ericksonienne. On verra bien ce que ça donne.

J’ai beaucoup d’espoir en l’hypnose. Parce que c’est une manière de s’adresser à mon inconscient, sans la barrière du conscient. Et étant donné que le mien est beeeeaucoup trop actif, j’ose espérer que l’hypnose puisse me venir en aide. Et oui, je fais partie de ces gens qui pensent (beaucoup) trop! Et ces derniers temps, c’est comme si mes ressentis étaient massivement cognitifs, comme si j’étais déconnectée mes émotions, contrôlées par le système limbique (lui qui gère l’appétit, le sommeil, la libido.. oui oui! coïncidence? Je ne crois pas!) C’est comme si j’avais perdu ma sensibilité, je ressens tout mais en beaucoup moins fort.

En tout cas ce que je sais, c’est que j’en ai marre de cet état, marre de parler toujours des mêmes choses, marre d’avoir les mêmes symptômes, marre de faire des efforts et de les voir minimement récompensés..

Donc voilà. De toute façon je ne peux pas contrôler l’incontrôlable. Alors les meilleures choses que je puisse faire, c’est essayer de positiver le plus possible, de vivre au jour le jour, de continuer d’avancer et de me diriger toujours vers ce qui me donne vraiment envie. Et essayer, pas à pas, des petites choses.

Parmi les choses qu’il faut que j’essaye il y a donc

  • Ce rendez vous à Grenoble
  • L’hypnose
  • Un suivit psy adéquat (le miens en ce moment ne me convenant pas trop..)
  • Un suivit par un sexologue?
  • Arrêter les antidépresseurs, voir si les symptômes physiques disparaissent. Et comme ça je pourrais évaluer mon vrai état, comment je suis quand j’ai plus de béquille.
  • Essayer un autre traitement?
  • Manger mieux. Parce qu’en ce moment.. c’est vraiment pas super sain.
  • Faire un jeune (et non, finalement je ne l’ai pas fait cet été!)
  • Faire du sport, mais avec la fatigue de la mono et ce sommeil chaotique, vraiment je peux pas pour le moment..
  • De l’EMDR?
  • De l’acupuncture?

Les solutions ne manquent pas, mais il faut taper au bon endroit! Et j’accepte mieux que le problème soit « dans ma tête ». C’est à dire qu’après 3 mois de recherches sur internet pour savoir comment fonctionne le cerveau, le corps, les hormones, les neurotransmetteurs, la libido etc, je sais très bien comment ça se passe physiquement. Ce qui me permet de dire, et ce, appuyé par l’avis de mon médecin et de mes multiples prises de sang, qu’ à part cette mononucléose, je n’ai rien physiquement qui puisse expliquer mon état.. ce qui veut donc dire que « la machine fonctionne normalement », y a juste un bug au niveau de la tour de contrôle..!

Il faut trouver ce bug et réparer la machine.. Et je suis pas une grande adepte de la psychanalyse, j’estime me suffire à moi même pour ce qui est de l’ordre de l’analyse de mon passé. Et mes problèmes ne remontent pas forcément à mon enfance, non madame! Non, comme le dit David Servan Schreiber dans son livre « Guérir », pour se reconnecter à ses émotions, il vaut mieux passer par la voie du corps, celle ci étant plus proche de notre cerveau limbique que ne l’est notre pensée. Et cela me semble beaucoup plus approprié!

Eeeenfiiiin bref, des choses sont en place, et tout est mouvement dans la vie, donc ça finira forcément par changer de nouveau.. Inchallah dans la bonne direction!

En attendant, je vous dis à la prochaine, je vous tiens au courant de mes avancées!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s